Donnerstag, 10. Februar 2011

Was ich gelernt habe

Merci encore à tous pour vos gentils commentaires et mails, ça remonte le moral. Le mois de février n'a malheureusement pas vraiment apporté toutes les améliorations souhaitées, et je suis étonnée de voir à quel point des histoires de famille, qui ne me regardent pas directement (même si elles contribuent à remuer de vieux souvenirs qu'on préférerait laisser où ils sont), m'affectent et me déstabilisent.
Pour rester sur cette note positive, je vais vous parler d'un sujet qui me tient à cœur, même si ce n'est pas un sujet très agréable. J'en ai entendu parler un peu l'année dernière aux informations allemandes, mais surtout, c'est un sujet qu'on a abordé pendant mon cours de psychologie: je veux parler de "Patientenverfügung", de "Betreuungsrecht" et de "Vollmacht".
Je ne sais pas comment ça se passe ailleurs, mais en Allemagne, si on se trouve dans l'incapacité de prendre personnellement une décision, personne n'a le droit de le faire en notre nom, à part un tuteur, qui doit être nommé par décision d'un juge. Je parle là de décisions au sujet du traitement médical (réanimer, débrancher, mais aussi donner des médicaments psychotropes, interner d'office dans un service fermé etc.), mais aussi des décisions qui regardent nos biens et possessions (compte en banque, héritage, biens immobiliers...). Par exemple, si votre maison est au nom de votre mari et qu'il est atteint de la maladie d'Alzheimer, le juge (du "Betreungsgericht") nommera un "Betreuer", un tuteur, qui pourra tout à fait décider, sans vous consulter, de vendre la maison parce qu'elle occasionne trop de frais, ou bien de placer votre mari dans une maison de retraite alors que vous voudriez le garder chez vous et prendre soin de lui. Le fait d'être marié ou apparenté ne vous protège pas, même s'il se peut que le juge vous nomme vous-même tuteur... mais ça n'a rien d'obligatoire ni d'automatique. Le tuteur est choisi, si possible, dans le cercle de la famille, ce qui signifie que votre belle-mère ou votre fille entrent aussi en ligne de compte.
Par contre il y a des solutions: la "Vollmacht" (procuration), et la "Patientenverfügung" (déclaration anticipée de traitement médical, document, si correctement rempli, reconnu par la justice allemande depuis 2009). Pour ceux qui parlent allemand (et vivent en Allemagne!), je ne peux que vous recommander d'aller lire ce que vous trouverez sur ce site, de télécharger les documents et de les remplir. Il y a aussi des informations utiles sur wikipedia ou sur le site du ministère de la justice.
Et n'oublions pas que des erreurs, ça arrive: vous voulez traverser la route, ne voyez pas qu'il y a un tram qui arrive et vous faites renverser. Vous vous en tirez avec de légères blessures, mais le conducteur du tram affirme qu'il a eu l'impression que vous vouliez vous suicider. Vous voilà hospitalisé d'office en service fermé (en Allemagne, les médecins ont l'obligation de vous retenir s'ils ont l'impression que vous êtes suicidaire), mis sous calmants, puis sous antidépresseurs... abruti par les médicaments, il vous sera très difficile de prouver que vous n'aviez pas l'intention de vous suicider, et votre famille n'aura aucun droit d'intervenir, sauf en faisant un procès, ce qui coûte cher et peut durer longtemps.
Bon, j'arrête là, ce n'est pas un sujet très joyeux. Mais c'est un sujet dont je n'avais aucune idée, et dont on ne parle pas assez.
Et en France, comment ça se passe? Vous le savez?

Labels: , , , , ,

14 Comments:

Blogger Gracianne said...

Brrrr....je ne sais pas comment ca se passe en France, mais c'est terrible ce que tu racontes la. Le principe de precaustion pousse a l'extreme.

14:16  
Blogger Mahie said...

Mmmmm, tout cela me paraît bien compliqué... Mais je ne sais pas comment ça se passe en France. mes parents sont décédés "en bonne santé" et nous n'avons pas eu à nous poser ces questions pour eux. Quand ma grand-mère a eu Alzeimer mes parents ont pris toutes les décisions pour elle. Ils avaient procurations sur ces comptes etc. Mais probablement parce qu'elle avait été d'accord à temps...
J'ai l'impression qu'en France c'est plus simple que ce que tu décris... Je n'ai jamais entendu parler de "tuteurs" pour des adultes... Mais c'est pas une preuve que ça n'existe pas...

17:52  
Blogger JvH said...

Gracianne, oui, un médecin, un psy ou un thérapeute quelconque peut être poursuivi s'il arrive quelque chose à un de ses patient et qu'on peut prouver qu'il était suicidaire... en même temps, je trouve l'idée de mettre par écrit ce qu'on accepte ou non comme intervention thérapeutique plutôt bonne.
C'est drôle comme ce sujet met mal à l'aise (cf. le nombre de commentaires!), alors que beaucoup de personnes font leur testament sans problème. Moi je dois dire que ce que mon argent (hahah!) devient après ma mort, ça ne m'intéresse pas vraiment, par contre je préfère décider moi-même ce qu'il m'arrive de mon vivant, ou laisser une personne de confiance le faire pour moi si j'en suis incapable.

Mahie, moi j'avais entendu parler en Suisse de mise sous tutelle de personnes qui n'arrivent pas à contrôler leurs finances, par exemple (genre des accros au jeu, ou des acheteurs compulsifs). Et pour tes grands parents, c'est là tout le problème: il faut faire les choses à temps!

19:53  
Anonymous Anonym said...

Salut ma belle,

Les tuteurs, ça existe bien sûr ici aussi.
Quand on estime qu'une personne n'est plus apte à prendre des décisions pour elle-même, on peut demander à ce que cette personne soit mise sous tutelle.
Elle peut être totale ou ne concerner que certains volets de la vie.
Il y a également la curatelle ou la sauvegarde, qui sont des tuelles "allégées".

Bref, pour tout ça, il faut un certificat médical d'un médecin inscrit sur une liste spécifique.

Sur cette base, un membre de la famille ou un tiers (genre le médecin traitant, le responsable de la maison de retraite, etc...) peut demander au juge la mise sous tutelle.
C'est donc le juge qui désigne un ou plusieurs tuteurs.
Si la personne à protéger avait réfléchi en ce sens et exprimé ses souhaits, alors ça sera pris en compte.
En dehors de ce cas, c'est en prioriré le conjoint ou un parent proche qui sera désigné, et si c'est impossible, un mandataire judiciaire.
En cas de besoin, le juge peut aussi désigner quelqu'un qui sera chargé de surveiller les actes du tuteur.

De mémoire, le tuteur ne peut pas prendre la décision de vendre des biens. C'est le conseil de famille ou le juge seulement.

Voilà pour l'aspect tutelle.

Pour l'aspect psychiatiruqe de la chose....
J'ai un ami qui a tenté de se suicider, et il a été effectivement "enfermé" dans un service psychiatrique pendant un bon mois, jusqu'à ce que les psys décident qu'il ne représentait plus un danger pour lui-même.
Mais la tentaive était patente.
Je ne sais pas comment ça se passe si quelqu'un "semble" suicidaire mais n'agit pas en ce sens.

En revanche, de l'autre côté du miroir si je puis dire, il y a ceux qui présentent effectivement un danger pour autrui comme pour eux mêmes et qui refusent obstinément de se soigner, ou simplement de reconnaître qu'ils sont malades.
J'ai été confrontée à ça avec ma mère, et je n'ai jamais réussi à faire quoi que ce soit pour la / nous protéger.
C'est un vrai problème de ne pouvoir rien faire dans ce cas.
C'est déjà suffisamment difficile de commencer une telle démarche en tant qu'enfant, mais se heurter ensuite à de multiples barrières jusqu'à devoir abandonner et constater les dégâts, ça reste une colère enfouie dans mon coeur pour.... l'éternité je pense...

Vaste sujet, intéressant même si pas réjouissant.
C'est bien de pouvoir aussi comparer les différences.
Ca devrait aider à améliorer les choses. Dans l'idéal en tout cas...

Céline

11:35  
Anonymous Anonym said...

Oups, pardon pour le pavé :-S

11:35  
Blogger Little Cat said...

Ah oui j'avais entendu parlé des tuteurs par un collègue autrefois, ici en Allemagne. Eh dis donc ca craint d'etre enfermé dans un service psychiatrique juste parce parce qu'un conducteur de tram qui t'a renversé t'estime suicidaire, comment il peut savoir o_O En tout cas je te souhaite bon courage dans ces épreuves ;-)

15:47  
Anonymous Mélanie H said...

moi j´ai fait du droit alors, je vois plutot le coté protecteur de la mise sous tutelle ou sous curatelle...d´autant que rassures toi, ce n´est pas une decision prise à la légère sur un caprice d´heritier qui voit ses parents dilapider l´héritage, c´est une mesure de justice, prise par un tribunal...

en ce qui concerne l´hospitalisation d´office en Allemagne, je n´y connais pas grand chose, mais je suppose que les hopittaux sont comme ne France completement surchargés, ce qui fait que loin de retenir des gens en bonne santé contre leur gré, ils ont déjà beaucoup de mal à y recevoir et garder les vrais malades dans le besoin d´une surveillance médicale...

Je suis peut être naive ou trop confiante, mais j´avoue que ce sont des choses qui ne me font absolument pas peur...

bon courage à toi pour dépasser ces soucis...le printemps arrive...

21:02  
Blogger Mamina said...

je pense, enfin, je crois qu'on est un peu plus mesuré en France mais je n'en suis pas tout à fait certaine!
Pour ce qui est des tutelles et curatelles diverses et variées, parfois c'est raisonnable, d'autres fois pas du tout... j'ai déjà tout vu.

Bon courage, regarde le ciel s'éclaircir et la vie s'éclaircira u peu aussi.
Bises.

16:47  
Blogger ~marion~ said...

Ouh là là c'est sérieux ici dis-donc! Je sais juste qu'il existe pour les enfants dont les parents ne sont pas mariés une loi spéciale qui s'appelle le "Sorgerecht" et que si le papa ne signe pas avant la naissance de l'enfant il peut perdre tous ses droits sur l'enfant au cas où il arriverai quelques chose à la mère...
Bizarre bizarre ce pays;)
Bisous.

20:41  
Anonymous anais said...

Ici, chaque fois que je vais a l'hosto pour une operation (ca m'est arrive 3 fois!), ils me font signer ce qui s'appelle "power of attorney", ce qui veut dire que je donne a mon mari le droit de prendre toute decision pour moi si je n'ai plus la capacite de le faire moi-meme.
Vachement rassurant: ouais, operation pas grave, mais au cas ou t'y resterait...

05:19  
Blogger JvH said...

Céline, merci pour ce résumé, en Allemagne c'est pareil, tout se fait avec certificat médical et décision du juge... mais si on signe une procuration avant, on n'a pas besoin du juge, ça simplifie bien les choses, et on est sûrs que notre point de vue sera pris en compte dans les décisions. C'est surtout là dessus que je voulais mettre l'accent.

Little Cat, bon, comme l'a dit Céline plus haut, il faut un certificat médical et une décision du juge pour se faire enfermer, mais j'ai écrit ce billet après avoir lu un article dans la Zeit, où la décision d'interner un homme avait été prise suite à une mauvaise lecture d'une IRM, il avait été jugé dément suite à de l'alcoolisme, et contre ça, il n'y a que les proches qui peuvent se battre, si on leur en donne les moyens grâce à une procuration.

Mélanie H, ben moi, justement, le fait que les hôpitaux soient surchargés ne me rassure pas: une erreur est bien plus vite commise, comme dans le cas dont je parle plus haut. Et vu le manque de personnelle, la personne concernée n'a rencontré le psy qu'une seule fois, donc n'a pas eu vraiment le temps de se "défendre" avant d'être mis sous médicaments. Et le fait d'échapper à un accident et de se retrouver à l'hôpital peut nous mettre dans un état de choc qui peut vite être confondu avec de la dépression (je sais de quoi je parle, j'ai pleuré toute la nuit quand j'ai été hospitalisée d'urgence pour la naissance prématurée de ma fille!). Bref, je pense que quand on a pris les dispositions qu'il faut, on n'a en effet pas besoin d'avoir peur de ce genre de situation, mais que c'est important de mettre par écrit certaines choses.

Mamina, oui, tout dépend quand-même aussi du médecin, du juge... on peut bien sûr faire appel, mais pour ça il faut être bien armé, connaître ses droits... c'est pour ça que j'ai donné le lien vers ce site allemand, ils proposent des lettres toute faites, qu'on doit juste personnaliser, pour contester certaines décisions, et indiquent à qui on doit s'adresser. C'est toujours bon à savoir, d'autant plus qu'on a souvent tendance à se sentir impuissant et incompétents face aux médecins ou aux juges.

~marion~, dois-je en déduire que vous n'êtes pas mariés??? ;)

anaïs, c'est pas "au cas où t'y resterais", c'est pire: au cas où il faudrait prendre la décision de débrancher, de réanimer etc. Ben moi je préfère que ce soit mon chéri qui prenne ce genre de décisions plutôt qu'un juge ou un médecin... donc je suis pour la signature de ce genre de papiers!

10:32  
Anonymous Grand Chef said...

En ce qui concerne les internements psychiatriques, puisque nous y avons été confrontés à plusieurs reprises avec un frère, je sais que sur décision d'un membre de la famille (n'importe lequel, mari, soeur, père...) et un avis médical suffisent pour demander et obtenir un internement.
C'est une bonne chose parce qu'en cas de crise grave, tout se fait rapidement. En revanche ça peut entraîner des abus très facilement, j'imagine.

Bon ben bonne journée.

09:03  
Blogger JvH said...

Grand Chef, alors ça c'est une grande différence avec l'Allemagne, et c'est pour ça que je parlais de signer une procuration: sans procuration, la famille n'a AUCUN droit, elle sera peut-être consultée mais les médecins et juges ne doivent pas forcément tenir compte de leur avis. Et c'est le cas pour tout, pour les comptes en banque, le courrier, l'hospitalisation et la médication d'office, les traitements d'urgence, le maintiens en vie ou non... Sans procuration, même mon mari n'a pas son mot à dire!

09:19  
Blogger JvH said...

Grand Chef, p.s. bonne journée à toi aussi!

09:20  

Kommentar veröffentlichen

Links to this post:

Link erstellen

<< Home



eXTReMe Tracker